Si quelque chose a réussi à renforcer l’incertitude vécue ces derniers mois, c’est bien le travail à distance. Cette forme de travail a été adoptée par la moitié des travailleurs américains, soit plus du double de l’année antérieure. Même si certains emplois ne sont pas réalisables en home office, beaucoup d’autres ont démontré pouvoir se réaliser en télétravail.

Contrairement aux prédictions passées, cette forme de travail à distance s’est étendue très lentement ; les entreprises dont le culture interne et l’infrastructure TIC sont figées ont ralenti son extension.

Ses avantages sont pourtant évidents : les employés apprécient la flexibilité, les émissions de CO2 diminuent, il y a moins de temps perdu dans les déplacements, les coûts des loyers de bureaux sont plus faibles, et il y a un meilleur équilibre vie privée vie professionnelle. Les collaborateurs sont plus productifs, selon les premières études sur le sujet.

Il est aussi vrai que le télétravail augmente la sensation d’isolement, complique la gestion d’infrastructure des entreprises et peut avoir des effets néfastes sur la carrière de certains travailleurs. Les accords entre travailleurs et entreprises doivent aussi prendre en compte cette nouvelle modalité de travail pour protéger les collaborateurs.

Face au télétravail, il existe une différence entre les profils professionnels. Les analyses sur le sujet indiquent que les employés les mieux payés sont ceux qui ont pu réaliser leur travail à distance ces derniers mois, contrairement aux autres travailleurs à moins haute responsabilité et au salaire plus bas. Les chiffres annoncent que la moitié des adultes employés ont pu travailler depuis chez eux, mais seulement un tiers ont pu achever complétement leur travail.

Dans tous les cas de figure, il s’agit d’une hausse radicale dans les taux de télétravail augmentant très lentement les dernières années.

Les événements de ces derniers mois ont accéléré drastiquement cette tendance et il est anticipé que la plupart des entreprises maintiendront au moins 20% de leur force de travail à distance pour réduire les coûts de loyer.

Les plus jeunes employés demandent à travailler depuis chez eux certains jours de la semaine. La plupart d’entre eux sont prêts à assumer une baisse de 8% de leur salaire pour avoir accès à cette forme de travail. Ils exigent en revanche que les limitations technologiques ne soient pas une barrière et demandent aux entreprises se fournir un service d’accès à internet suffisamment puissant, surtout dans les zones rurales digitalement déconnectées.

De grandes avancées ont été réalisées cette dernière décennie. Les fournisseurs d’accès à internet et les opérateurs de communication ont augmenté les possibilités et adapté les prestations de leurs infrastructures pour offrir une accessibilité d’internet à vitesse gigabit.

Ce n’est pas la première fois qu’une crise requiert du télétravail massif, mais son étendue et sa durée sont sans précédent. Même si aux Etats-Unis le travail à distance a augmenté après les attentats du 11 septembre 2001, obligatoire pour la continuité du travail et des administrations, ou encore en Nouvelle Zélande où il s’est produit une transition soudaine au télétravail après les tremblements de terre de 2010 et 2012, la tendance ne s’est jamais vraiment maintenue.

A noter que, ces derniers mois, l’accès aux garderies et aux écoles était limité, obligeant les travailleurs à concilier la vie privé et professionnelle. Ces expériences ont démontré 3 faits importants sur les réseaux de communications :

1º.- Les technologies en réseaux n’évoluent pas de façon incrémentale. Les transitions se font drastiquement vers des technologies de dernière génération.

2º.- Les réseaux doivent se construire en prenant en compte les pics maximums d’utilisation. Tout comme les autoroutes qui se sont construites pour absorber le trafic aux heures de pointe et non celui de 14 heure. Cela signifie une grande capacité permanente.

.- Le vrai avantage pour léconomie et la société vient avec les applications qui profitent dune large bande. Cela prendra du temps, mais le Pew Research Center indique que 86% des experts affirment que de nouvelles applications importantes, surtout dans le secteur médical et éducatif, se développeront dans les 5 prochaines années.

La nouvelle réalité jette un nouvel éclairage sur ces arguments. Les investissements précédents ont porté leurs fruits, car nous exigeons maintenant le haut débit à un rythme que les anciens réseaux ne pouvaient tout simplement pas supporter. Comment tirer parti de ces enseignements ?