La complexité de la chaîne d’approvisionnement, les technologies nouvelles générations et les innovations robotiques ont radicalement changé l’industrie manufacturière ces dernières années, et ce sera encore le cas en 2020. Les technologies les plus innovantes continueront d’impacter l’industrie : de l’analyse, aux Big Data, en passant par l’Internet des Objets, la robotique, l’impression 3D et la réalité augmentée. Ces nouvelles techniques exigent également de nouvelles compétences. Ce domaine d’activité crucial pour l’économie mondiale doit faire face à cinq enjeux majeurs :

  1. Améliorer la collaboration sur toute la chaîne d’approvisionnement

L’industrie manufacturière est divisée en trois grandes parties : l’approvisionnement en matières premières, la distribution des produits et la relation client. Il n’y a jamais eu beaucoup de mise au point ou de partage d’informations et encore moins une collaboration franche et massive. Quant à leurs données, et notamment celles relatives aux clients, elles ne sont aucunement partagées et sont considérées comme top secret de leur stratégie commerciale respective.

Alors qu’il y beaucoup à y gagner, certains fabricants considèrent que l’introduction de gains d’efficacité dans la chaîne d’approvisionnement donnera l’opportunité aux partenaires et aux clients de demander une réduction de prix.

  1. Trouver du sang neuf

Le secteur manufacturier “vieillit” tout comme ses cadres supérieurs. D’ici 2024, les cadres du “Baby Boom” auront entre 58 et 70 ans, et bon nombre d’entre eux n’occuperont plus leur poste actuel. Mais les fabricants sont confrontés à d’autres problèmes que le simple vieillissement de leurs dirigeants. Ils font également face à une grande pénurie de talents et de compétences parmi leurs employés, surtout lorsqu’il s’agit de gagner en efficacité et de parier sur de nouveaux modèles commerciaux.

  1. Maintenir l’esprit d’innovation

La pénurie de talents ajoutée à d’autres facteurs nuisent àla transformation numérique et le passage à l’industrie 4.0 se faitau pire moment, alors que l’on prévoit une croissance annuelle du PIB manufacturier de 1,3 % en 2020, selon le modèle économique d’Oxford.

Comme si cela ne suffisait pas, les gestionnaires de la chaîne d’approvisionnement doivent faire face à un géant comme Amazon qui détruit leurs maigres marges. Dans ce sombre contexte, les gestionnaires doivent maintenir leur responsabilité envers leurs employés, s’ils ne veulent pas avoir à combattre un ennemi interne.

Il y a aussi un certain désenchantement face à l’arrivée des nouvelles technologies, et une certaine confusion quant à l’impact futur de l’intelligence artificielle ou de la robotique. Cependant, le dynamisme de ce secteur, toujours exposé aux changements de la demande, implique le maintien de l’esprit d’innovation.

  1. Augmenter la robotisation

C’est précisément l’automatisation et la robotique, ou l’intelligence artificielle appliquée aux capteurs IoT, qui gagnent du terrain dans l’industrie manufacturière. Il existe déjà des robots qui interviewent les candidats, aident dans les entrepôts ou même effectuent des tâches de base dans les usines, déplacent des pièces ou des composants. Ils sont de plus en plus utilisés dans des environnements contrôlés et sécurisés, ou en coopération avec les opérateurs pour des tâches lourdes ou de haute précision.

Dans cette optique, la formation des employés évolue très rapidement vers ces nouveaux domaines de connaissance, ce qui représente également un défi pédagogique considérable, qui profitera également des capacités d’apprentissage automatique de la machine pour dispenser ou recevoir une formation.

  1. Visibilité requise par le client

Pour fournir la visibilité que les clients exigent, améliorer leur expérience d’achat et leur satisfaction, il est nécessaire d’offrir une plus grande visibilité dans la chaîne d’approvisionnement, en temps réel et de manière granulaire, tout au long du processus de livraison. Les fabricants ont besoin de savoir si leurs camions de livraison sont bloqués à la frontière ou si les navires de marchandises ne peuvent pas quitter le port. Ce n’est qu’en étant informé de ce genre de problèmesqu’ils peuvent réagir à temps et modifier leur stratégie afin que leurs clients ne soient pas du tout affectés.

La géolocalisation ne suffit pas, car des données plus critiques doivent être incorporées et combinées à d’autres données de processus pour rendre la chaîne d’approvisionnement complètement transparente et efficace. Mais il est peu probable que cette intégration se fasse tant que les partenaires commerciaux  refusent de collaborer et soient plus transparents dans leurs pratiques.