S’il existe un domaine où prédire le futur est laborieux, c’est bien celui de l’économie. D’après Andrew Brigden, économiste en chef de Fathom Financial Consulting « Depuis 1988, le FMI n’a jamais prévu une récession économique sur plus de quelques mois ».

Ce n’est pas pour rien que l’économie est définie comme une discipline des sciences humaines et sociales. Jusqu’à présent, les prédictions économiques sont le résultat d’une analyse de quantité de données limitées et dont la marge d’erreur est considérable. Les différents scénarios et variables rendent les prévisions difficiles et les erreurs fréquentes, surtout si vous essayez d’anticiper sur le long terme.

Heureusement, les technologies de pointe permettent la prise de décision sur une quantité d’informations massives, rendant les prévisions incertaines partie intégrante du passé. Grâce à la transformation digitale, nous sommes en mesure d’extraire et d’analyser une quantité infinie de données, augmentant à la vitesse grand V.

Le Big Data et les nouvelles opportunités financières qu’il offre sont incontestables. Les capacités de l’analyse prédictive éblouissent, offrant des résultats précis et parfois inattendus, notamment grâce à l’analyse avancée de données basées sur l’apprentissage automatique. Ces résultats sont mis à portée de main pour percevoir, comprendre, apprendre et faciliter les activités humaines. Le Big Data devient de plus en plus indispensable pour les entreprises qui ont besoin de s’adapter rapidement dans l’environnement changeant dans lequel elles se trouvent.

Une des grandes valeurs offertes par le Big Data est de pouvoir suivre les événements en temps réel, qu’ils soient économiques, sociaux ou géopolitiques. L’analyse avancée de données massives est un enjeu fort pour les entreprises de tous les secteurs et métiers.

Grâce au Big data, une cyberattaque peut être identifiée et les dommages sur une entreprise ou un État peuvent être évités ; une institution financière pourra connaître toutes les transactions par cartes de crédit entre pays pour avoir une idée claire des domaines où le service est le plus utilisé ; et les localités seront en mesure de savoir anticiper le nombre de touristes qu’elle recevra en haute saison.

Ce dernier exemple est intéressant car le Big Data change radicalement la façon dont le secteur du tourisme évolue. La possibilité de placer des capteurs dans les destinations les plus populaires, par exemple, donne la possibilité de connaître le nombre de personnes qui les visitent, réduisant considérablement la marge d’erreur dans les prévisions futures.

Nous nous trouvons donc face à un nouveau scénario d’information plus mûr dans lequel nous pouvons prendre le pouls de l’économie avec une plus grande précision et obtenir de meilleurs modèles de mesure économique, en anticipant également les risques.

D’après le rapport d’IDC France, les entreprises françaises ont bien compris la valeur de cette technologie, mettant le Big Data au top de leurs priorités. Parmi les directions métiers, 62% désirent que la qualité de la donnée s’améliore et ils sont 47% à vouloir disposer d’analyses de données en temps réel. Par ailleurs, 35% souhaitent une plus grande réactivité avec le service informatique dans leurs projets data, 34% une plus grande autonomie de leurs équipes pour traiter la donnée et ils sont 33% à exiger l’analyse de plus gros volumes de données.