Comme chaque année désormais, l’association « les Interconnectés » organisait tout au long de l’année un cycle de rencontres régionales, l’IntercoTOUR, dont l’objectif est d’accompagner la transformation digitale des collectivités. Le 26 juin dernier avait lieu l’étape parisienne de l’évènement, au cours de laquelle de nombreux acteurs des écosystèmes locaux liés au numérique ont pu échanger et partager leurs expériences sur les enjeux actuels.

Karine Dognin-Sauze, Présidente des Interconnectés et Vice-Présidente du Grand Lyon, a officiellement ouvert la journée en revenant sur les dix ans de l’association. Créée dans l’objectif d’encourager le partage de savoirs et d’expériences entre les territoires, celle-ci a réussi son objectif en donnant aux acteurs publics un aspect pionnier sur certains domaines du numérique.

Différentes tables rondes ont été organisées sur des sujets variés. « Les grands défis des 10 ans à venir », « Relations citoyen : Du service à la participation », « Data : intelligence ou menace ? », telles ont été certaines des thématiques abordées.

Les participants à ces tables rondes ont rappelé que le thème de la couverture numérique et son corollaire l’inclusion numérique restent des enjeux cruciaux, même si d’importants progrès ont été réalisés. Une bonne couverture numérique est en effet la condition d’une utilisation optimale des services publics dématérialisés.

La dématérialisation constitue à la fois un levier pour améliorer l’attractivité des territoires et un moyen de simplification de la relation avec les usagers, dont la ville de Paris s’est saisie en offrant près de 90 services numériques municipaux, accessibles via le compte monparis.fr. Pour assurer la gestion de ces services, elle a adopté depuis 2001 la démarche innovante de créer une solution open source, Lutèce, dont elle fait la promotion nationale et internationale.

Toujours dans un objectif d’ouverture mais aussi de transparence vis-à-vis des citoyens, l’Open Data représente un enjeu majeur. Ses progrès ont d’ailleurs été salués, même si des avancées doivent encore être réalisées. L’ouverture des données publiques entraine toutefois des risques en matière de respect de la vie privée, c’est pourquoi les collectivités doivent se mettre en conformité avec le RGPD. Elle pose aussi la question de la souveraineté des données. Le data center créé par la ville de Paris permet à la fois de répondre à cette problématique et de réaliser des économies. Cette protection des données peut s’accompagner d’une sobriété des données : ne stocker que ce qui est nécessaire, afin de réduire son empreinte carbone.

Enfin, la nécessité de mutualiser entre les territoires a été soulignée. La démarche du syndicat mixte du Val d’Oise illustre bien les avantages que des petites collectivités peuvent tirer d’une mutualisation. Le syndicat mixte a en effet créé une centrale d’achat permettant à l’ensemble des communes de réaliser des achats groupés. Cela leur permet de disposer de solutions numériques à la fois plus performantes et moins chères.

Cette étape parisienne de l’IntercoTOUR a également été l’occasion d’organiser les sélections régionales de deux évènements nationaux : le concours des startups interconnectés et le concours du Label Territoire innovant 2019. Des auditions ont donc permis aux startups et territoires de la région de présenter leurs innovations.

Plusieurs projets portés par des startups se sont révélés être particulièrement innovants. La start-up Lify-Air a ainsi mis au point un système permettant aux personnes allergiques au pollen, qui constituent 30% de la population, de disposer d’informations fiables et de prédictions sur le taux de pollen dans l’air, ce qui n’existe pas à l’heure actuelle. Le système, en cours de déploiement, repose sur une innovation de rupture (des capteurs optiques miniaturisés) ainsi que sur une application mobile collaborative. Il est financé par des abonnements proposés aux collectivités locales.

De même, la startup Cmarue propose une solution à la disparition des commerces de centre-ville. Alors que beaucoup ferment rapidement après leur ouverture faute d’avoir trouvé une clientèle, l’idée de cette startup a consisté à consulter les riverains sur le commerce qu’ils souhaiteraient voir apparaitre, via une application mobile. L’idée est ni plus ni moins de démocratiser les études d’implantation, afin de pérenniser le petit commerce.

Quant aux territoires ayant présenté leurs innovations numériques, on retiendra le projet proposé par Paris Saclay pour aider à la décision d’investissement. La solution développée collecte en quasi temps réel une multitude de données publiques qu’elle analyse grâce à des algorithmes. Les données sont ensuite présentées grâce à de la data visualisation. Cela permet notamment aux décideurs d’avoir une connaissance complète de l’activité économique du territoire pour favoriser des implantations en fonction de ses caractéristiques propres.

La grande finale organisée lors du Forum national des interconnectés en décembre à Lyon permettra de départager les finalistes et de récompenser les startups et territoires les plus innovants.