BMW et DXC Technology développent, en mode agile, des applications pour le modèle iNEXT

BMW prévoit de lancer sa première voiture autonome, dénommée iNext, en 2021. Des experts du Campus de conduite autonome du constructeur, situé près de son siège à Munich, développent à cet effet des fonctionnalités de conduite autonome.

Pour optimiser son environnement informatique, BMW a collaboré avec DXC Technology (né en 2017 de la fusion de HPE Enterprise Services et de CSC) et créé une nouvelle plate-forme baptisée BMW Group High Performance D3. D3 signifie “Data-Driven Development” et sert de base pour le développement et la validation de fonctionnalités de conduite autonome.

Pour intégrer cette plate-forme dans les processus de développement et de travail existants, BMW et DXC se sont également appuyés sur des méthodes de travail et de développement logiciel agiles.

« Lorsqu’il a été clair que nous allions avancer avec BMW de manière agile, tout s’est déroulé très rapidement : en douze semaines, nous avons installé toute la plate-forme sur le Campus de conduite autonome, installé le matériel et les logiciels, commencé à former les développeurs à la méthodologie et à travailler ensemble », précise Dirk Schürmann, vice-président et managing director de DXC en Allemagne.

Un des points notables du programme est que les équipes de développeurs de tous les partenaires de BMW (Fiat Chrysler, Magna, Intel, Mobileye, et peut-être bientôt Daimler) travaillent ensemble sur la solution logicielle. Le rythme est soutenu, enchaînant deux semaines de sprint avant de tester le résultat directement dans la voiture. « Cette nouvelle manière de collaborer nous permet d’adopter un rythme différent de nos habitudes dans le domaine informatique, particulièrement en matière de développement », analyse Klaus Straub, CIO de BMW.

Le mot d’ordre : la vitesse. Il reste un an et demi au groupe automobile pour finaliser le logiciel qui équipera la BMW Vision iNEXT. L’utilisation de la méthodologie agile est motivée par une autre raison : « Nous sommes en train de changer radicalement notre propre vision et l’organisation de nos capacités de développement. Travailler en mode agile en impliquant directement nos collaborateurs dans le développent logiciel, nous force ainsi à réinternaliser/redévelopper des compétences clés », commente Klaus Straub.

BMW et DXC n’ont pas défini à l’avance les objectifs individuels de la coopération. « Bien sûr, la la version de série de la BMW iNext, lancée en 2021, sera certainement autonome. Pour autant, nous ne connaissons pas à l’avance toutes les étapes de notre voyage, quelles fonctionnalités nous utiliserons et dans quel ordre nous franchirons ces étapes, que ce soit au moment de l’appel d’offres, ou maintenant », explique Klaus Straub.

Le programme se poursuivra pour les deux partenaires, et ce même au-delà de 2021. Dirk Schürmann le résume ainsi : « Notre manière de travailler, et les objectifs que nous nous sommes fixés illustrent un travail de pionnier. C’est une vraie aventure ! ».

Article publié dans Automobilwoche (juin 2019)