« La révolution digitale est tout aussi fascinante que terrifiante ». C’est sur ce constat que Laurent Deloire, managing partner, Manufacturing, chez DXC Technology et Sébastien Verger, CTO de Dell EMC ont introduit les keynotes de Digitagile, une série de témoignages animées par DXC Technology et ses partenaires, avec pour objectif de se projeter à un horizon de trois ans dans cinq secteurs d’activité. Fascinante car elle ouvre de nouveaux horizons et permet aux métiers de se réinventer. Terrifiante car elle n’offre pas d’alternative : il faut impérativement se transformer, sous peine de disparaître, et ce quel que soit le secteur.

C’est le cas d’une marque comme Denon, évoquée par Michel Alliel, CTO Southern EMEA chez Hitachi Vantara lors de son échange avec Caroline Troller, partner, Distribution, PGC et luxe chez DXC. Le spécialiste des produits de haute technologie pour audiophiles a dû changer de métier et modifier son modèle économique afin d’intégrer les nouvelles plateformes de streaming. Une évolution nécessaire pour continuer à proposer les produits de luxe qui ont fait l’histoire de la marque. Etrange paradoxe : se transformer pour rester soi-même et préserver son ADN !

L’industrie manufacturière n’est pas le seul secteur à vivre de telles mutations. Jean-Paul Schmidt, managing partner, Secteur public chez DXC est revenu sur la nécessité d’un service public « temps réel ». Désormais, les progrès technologiques rendent les usagers de plus en plus exigeants, qu’il s’agisse d’obtenir un document administratif en ligne ou des indicateurs de pilotage immédiats pour les dirigeants d’entreprise. « La sphère publique va devoir faire preuve d’agilité pour réussir cette transformation », ont souligné Jean-Paul Schmidt et Benjamin Duchet, consultant avant-vente chez Symantec. Cela passe par l’intégration de nouvelles technologies telles que les chatbots pour répondre aux questions récurrentes des administrés 24h/24, et bien sûr par le cloud qui rend possible ces interactions en temps réel. Casser les silos et mettre les utilisateurs au centre de la réflexion est un défi majeur.

Un discours largement partagé par les autres intervenants, à l’image de Jean François Delorme, partner Banque chez DXC, qui a pointé la révolution copernicienne qui touche actuellement le secteur bancaire. « La banque doit mettre un terme à son approche autocentrée. Elle doit placer le client au centre de l’univers bancaire », a précisé Jean-François Delorme. En termes d’usage, l’approche se traduit par de nouveaux services visant à centraliser l’ensemble des informations patrimoniales du client et les rendre plus facilement accessibles, qu’il s’agisse des revenus, des dividendes, des données d’entreprise pour les dirigeants, du compte épargne formation ou encore du patrimoine immobilier… « Pour y parvenir, la banque doit être en capacité de s’intégrer à d’autres écosystèmes via les API, d’exploiter le cloud, l’intelligence artificielle, le machine learning et les technologies blockchain », a complété Philippe Poirot, directeur de la stratégie, du marketing et des offres du secteur finances chez Microsoft. En somme, la banque doit ouvrir son écosystème et devenir une plateforme qui collecte de la donnée, la stocke et la valorise grâce aux technologies analytiques notamment.

On retrouve le même changement de paradigme dans les assurances, un secteur en pleine mutation sur lequel Magali Remondini, partner Assurance chez DXC, a échangé son point de vue avec Christophe Lopez-Castel, Directeur Channel de Citrix France. « Désormais, les compagnies d’assurance ne se contentent plus d’indemniser les conséquences financières d’un sinistre, elles cherchent avant tout à les prévenir », a souligné Magali Remondini. Comment ? En installant des capteurs dans une maison pour prévenir un dégât des eaux, ou en mettant en oeuvre des solutions logicielles afin de prévenir une cyberattaque dans le contexte de l’entreprise.

Les entreprises doivent se préparer à intégrer dès aujourd’hui ces différents bouleversements. Être Digitagile, c’est être capable de s’adapter dans un environnement en constante évolution. Un exercice délicat dont la réussite dépend de votre capacité à intégrer les nouvelles technologies.