National Electric Vehicles Sweden (NEVS) s’est associé à DXC Technology pour construire une chaîne de fabrication automatisée de véhicules électriques de nouvelle génération en Suède à Trollhättan et en Chine à Tianjin. Au cœur de la plate-forme de fabrication intégrée, se trouve une plate-forme basée sur SAP qui relie chaque processus, personne ou entité.

Martin Larsson, responsable du projet  NEVS chez DXC Technology, explique le projet en ces termes : «Être capable de comprendre tous les aspects du coût du développement à partir du démarrage de la production est crucial pour gérer efficacement une entreprise complexe». Il a répondu à quelques questions pour BVEx.

Quel sont aujourd’hui les perspectives pour un constructeur automobile?

ML: C’est probablement l’activité la plus perturbée, avec des fluctuations sur les prix des matériaux et un paysage réglementaire changeant. La hausse des prix du carburant et les préoccupations environnementales croissantes encouragent les constructeurs à élargir leurs portefeuilles de voitures et à transformer leur production vers l’électrique ou l’électrique hybride. L’émergence de la voiture connectée est un autre facteur de changement, vers des solutions d’abonnement et de partage de voiture.

Dans un avenir proche, les entreprises automobiles ne vendront peut-être pas la voiture comme un produit de base, mais comme un service de mobilité personnalisé pour un profil particulier d’utilisation. Les utilisateurs de voitures s’inquiètent moins de la propriété que de simplement pouvoir se transporter de manière optimale, ce qui étendra le modèle commercial à quelque chose de nouveau.

Comment réagir ?

NL : Je pense que de nombreux constructeurs d’automobiles européens aimeraient faire ce que fait NEVS et profiter de l’occasion pour construire une plate-forme intégrée ultramoderne, mais elle peut s’avérer coûteuse et complexe avec beaucoup de systèmes en place anciens. L’objectif final est d’avoir des systèmes d’intégration depuis la commande d’une voiture jusqu’à la vente finale et au transport du véhicule. Ils intègrent les processus de production, comme les systèmes financiers et de contrôle.

Quelle est la portée du projet NEVS?

ML: Nous avons commencé le partenariat avec NEVS en 2012, par une connaissance approfondie de l’héritage Saab. Ce travail a consisté à combler les lacunes dans la plate-forme traditionnelle pour l’approvisionnement, la fabrication et la logistique et, en même temps, mettre en place les systèmes financiers. Après que NEVS a acquis des actifs de Saab Automobile en 2012, il y avait beaucoup de trous dans la chaîne de processus : de nombreux systèmes départementaux étaient hors limites car la propriété intellectuelle appartenait à General Motors, l’ancienne maison mère de Saab Automobile. La première phase de la mise en œuvre de SAP était donc d’établir les étapes initiales pour une intégration de bout en bout.

La nouvelle phase et le partenariat DXC-NEVS consiste à moderniser l’usine suédoise et à établir une nouvelle usine à Tianjin. Entre le premier et le deuxième partenariat avec NEVS, il y a eu un développement rapide de S / 4HANA qui est la norme de facto. HANA apporte de nombreux avantages dont nous pouvons tirer parti en opérant dans le domaine des produits à haut volume et à haute complexité qui caractérisent l’environnement du constructeur automobile.